Jacques Chêneau

 

(c) 2013 LumièreBro Productions

 

Résumé de l'interview

 

Jacques Chêneau est né le 14 mai 1927 à Tunis (Tunisie).

 

A la fin de la Deuxième guerre mondiale, le Corps de Santé des Armées avait un besoin urgent de médecins et Jacques Chêneau décida de donner suite à cet appel en signant un premier contrat de dix ans au sein de l'École de santé des armées à Lyon en 1946. Une fois diplômé, en 1952, jeune lieutenant, il passe un an à l'hôpital du Val-de-Grâce à Paris. Mais "pendant mes vacances, j'ai fait un stage de parachutisme à Pau d'où je suis sorti breveté".

 

Étant bien classé, le docteur Chêneau eut la chance de choisir son affectation à la sortie du Val-de-Grâce. Il y avait un poste de parachutiste au 1er Régiment de Hussards à Tarbes et il le choisit "bien évidemment". "Quand je suis arrivé, j'étais le seul médecin parce que tous les autres étaient en vacances, j'ai donc dû m'occuper du 1er RHP mais aussi du 35e RALP et de l'hôpital de la ville."

 

Quand il fut décidé que le 35e RALP partirait en Indochine, en 1953, "j'ai changé discrètement de rang et me suis retrouvé au 35e." Arrivée à Hanoï le 4 novembre, et le 20 ce fut l'Opération Castor. Premier (et unique) saut opérationnel pour le docteur Chêneau au sein du GM 35 (groupe de marche) sur Diên Biên Phu où son unité restera jusqu'au 10 décembre. "Nous avons sauté vers 13h, le 6e BPC avait fait le ménage et il n'y avait plus de combats mais je me suis perdu et je suis tombé sur Bigeard que j'ai suivi parce que je ne retrouvais pas mon unité".

 

Le GM du 35e RALP à Diên Biên Phu lors de l'Opération Castor

 

 

De retour à Hanoï, on propose à Jacques Chêneau de rejoindre volontairement le 3e BPVN comme médecin de l'unité à Seno au Laos. Installation "sous la tente", puis mouvement à Banh-Hine-Siu le 7 janvier où se trouvait le 6e BPC (Bigeard le reconnu et lui dit : "vous allez vous faire couper les couilles"), lequel fit ensuite mouvement vers Seno, laissant l'unité du docteur Chêneau à l'extérieur du fort qui avait été incendié. "Je me suis installé dans une antenne médicale de campagne que nous avions montée dans un espace par lequel se déroula précisément l'attaque viet-min du lendemain".

 

L'assaut a eu lieu le 9 vers 3h du matin. "Ca a tiré toute la matinée" puis le silence s'est installé et ensuite les combattants qui étaient autour de lui sont partis vers le fort. Lui est resté près de son antenne médicale. Au bout d'un moment, n'entendant plus rien, il est sorti de son trou-abri et s'est trouvé nez à nez avec le chef du détachement viet-min qui parlait à la radio. L'un des soldats qui l'entourait a pris peur en voyant surgir le lieutenant Chêneau avec ses deux barrettes et son treillis de parachutiste et lui a tiré deux balles dans la cuisse, lui broyant les os. Puis un autre soldat lui a dit de se relever et de rejoindre un groupe de prisonniers. "Je ne peux pas, j'ai la jambe brisée - Alors je dois t'achever", lui fut-il répondu. Heureusement, des PIM se trouvaient là et intervinrent en disant : "lui médecin, lui gentil avec nous, ne le tue pas, on va le porter" et c'est ce qu'il advint.

 

Pendant sa captivité, Jacques Chêneau s'initia progressivement à la langue vietnamienne, et apprit par exemple que "corvée de bois de chauffage" se dit "lê cuy"...  Séjour dans un camp à Vinh pendant deux mois, seul officier avec le lieutenant Bianconi qui commandait la garnison. Puis déménagement des prisonniers à Tranh Hoa, dans le séminaire.

 

Un jour, peu après le 7 mai, embarquement dans un camion Molotova et direction Hanoï pour un échange de prisonniers. Enfin libre et surtout candidat à des soins pour sa blessure à la jambe et "l'évacuation de nombreux vers d'au moins vingt centimètres que j'avais dans l'intestin".

 

Retour en France en avion en octobre. Réformé pour "blessure incurable", Jacques Chêneau quitte l'armée et créa un cabinet de rééducation fonctionnelle spécialisé dans le traitement des troubles vertébraux et notamment de la scoliose de l'enfant.

 

Le docteur Chêneau est mondialement connu pour avoir inventé un corset destiné à éviter les opérations lourdes en cas de scoliose grave, le corset Chêneau.

 

corset Chêneau (TM)

 

 

[retour à la boutique]